Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

What do you want , Shorty ?
What do you want , Shorty ?

What are you up to , Jerk ?

 

Je reviens sur la performance de Macron Premier au G 20 à Hambourg ( à s’en bourrer les côtes) lors de la photo officielle des chefs d’état. Avec ses bousculades, une bise au passage à une femme et un dernier saut de cabri pour se placer à côté de Trump en fin d’estrade, notre Saint Emmanuel est apparu aux yeux de la presse étrangère ( et il faut la lire) comme l’exemple même du parfait léche-bottes pour ne pas dire autre chose. Trump s’en est amusé mais n’en a pas fait cas de protocole. OK, Buddy tu veux être à mes côtés, eh bien viens. C’est comme si Macron avait voulu par ce geste des plus ridicules se mettre au niveau du puissant président des Etats-Unis. Hollande pourtant clown sur les bords n’aurait jamais eu l’audace d’une telle pantomime.

Mais Macron, jeune premier et il faut le dire novice en matière internationale, a fait un gros caca nerveux de se voir placé au deuxième rang à côté des chefs de petits états comme la Turquie. Pour lui la France est grande et lui est grand. Il faut qu’il le montre constamment, en politique intérieure, en relations extérieures et surtout au jugement de l’Europe. Merkel qui l’a vu se carapater de derrière elle, elle aussi, en a souri mais elle n’était en fin de compte pas heureuse de cette manœuvre.

Qu’à obtenu finalement Macron Premier avec cette escapade photographique ? Rien de substantiel car face à Trump, en dehors d’une poignée de main ferme, il ne pèse pas lourd. Mais c’est dans la tradition de notre nation, son représentant se veut d’une importance capitale dans l’agencement du monde. L’ Angleterre, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, l’Italie, anciennes civilisations conquérantes et puissantes se sont fait une raison et sont rentrées dans le rang des nations secondaires mais pas la France. Elle continue à jouer la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Vulgairement, elle veut péter plus haut que son derrière.

Macron a très bien saisi le fil directeur de cette longue politique mais son fil est devenu grosse ficelle et elle se voit beaucoup trop. La subtilité n’a jamais été le fort de Macron, l’audace oui, le machiavélisme, oui mais pas la diplomatie.

Nous avons ce que pour qui les Français ont voté un peu naïvement.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :