Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pénélope détricote

Cent fois sur le métier remets ton ouvrage!

La victime principale du problème Fillon, c’est sa femme, Pénélope. Elle se demande ce qui lui arrive, harcelée par la presse, accusée d’être la complice de son mari et de voir ressortir de vieilles conversations avec une journaliste du Daily Telegraph en 2007 sur sa vie quotidienne de mère de famille. Elle a dit en anglais

"I have never been actually his assistant or anything like that. I don't deal with his communication."

Asked whether they discussed politics, she said: "When we're just on our own, not really."

However she added that she helped him more informally: "I always went with him on the election campaign whenever he needed help doling out leaflets and things like that. I like being myself at the back of the room and listening to things said about him."

Ce qu’elle avouait innocemment, c’est qu’elle n’était pas officiellement une assistante parlementaire mais qu’elle aidait ici et là son mari en campagne. Normal pour une femme de politique. La question qui se pose et trouble les électeurs français, même du côté des LR, c’est la somme attribuée pour ces « quelques services » rendus à son homme. Le total des versements est nettement disproportionné au travail effectué car son aide paraissait plus comme du bénévolat.

Dés le début de cette affaire, sans compter sur celle greffée de ses propres enfants, François Fillon aurait dû être ouvert dans l’authenticité de la situation. A la place, il a attaqué les médias, les accusant de harcèlement et de comploter avec la gauche pour le faire tomber. Droit dans sa rectitude, il n’a pas vu que son attitude et cette vérité qui sortait dans les journaux, choquaient beaucoup de parents d’enfants qui cherchaient des stages et de femmes qui trimaient pour 700 euros par mois. Là on reconnaît l’homme politique qui n’a aucun contact ( sinon superflu au cours de quelques week ends) avec la population laborieuse. Ils vivent dans un cocon qui les sépare du peuple, des problèmes de chacun, des situations difficiles dans lesquelles ils se débattent. Cette arrogance est à présent visible chez Fillon. Il pense encore redresser la France et continue sa campagne comme si ces révélations n’étaient que foutaises. Il a tort car le sentiment général semble acquis : comment élire un candidat qui est si imbu de son rôle et oublie facilement l’angoisse de ses concitoyens face à la crise.

Mais l’issue devient de plus en plus certaine : Fillon devra jeter l’éponge. Le plus tôt possible serait le mieux pour donner le temps aux LR de se retourner. Plus il attend, plus catastrophique sera la conclusion de cette affaire !

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :