Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trump vs Merkel

Merkel et Trump dans l'arène

Ma parole, ces temps-ci, dans la diplomatie « new deal », les règles de respect et de consentement mutuel semblent avoir disparu. Au cours du G7, la division en deux camps était plutôt visible : d’un côté, six chefs d’état faisaient front commun contre le septième. Trump était devenu la bête noire, le diable en personne, Satan en costume cravate avec un accent yankee pour les autres participants. Mais le combat ( diplomatique pour l’instant) ne peut être qu’inégal devant l’imposante stature du président américain qui est quand même à la tête du plus puissant pays du monde. Angela Merkel, malgré son poids dans l’Europe, ne le faisait pas face à Trump. Quant aux autres, Macron inclus, c’était de vagues témoins de cette confrontation. Ce dernier a eu beau essayer d’arrondir les angles avec une longue poignée de main, ce qu’a refusé de faire Trump avec la Chancelière, le résultat a été négatif. Les sept grands se sont séparés sur des disputes aussi bien politiques, économiques, climatiques que militaires.

Mais reprenons la situation Allemagne/ Etats-Unis qui est depuis la fin de la guerre, certainement la pire qui soit. Avec justes raisons d’ailleurs car l’Allemagne jusqu’à maintenant a eu le meilleur des deux mondes : Europe et OTAN.

Dans un livre « Quand le Made in France devient le Mad in France », l’auteur explique pourquoi il existe une telle différence dans la production industrielle française et allemande et pourquoi le déficit commercial international est si grand entre nos deux pays.

Trump a décidé et il l’a dit dans sa campagne, qu’il allait modifier la donne à l’OTAN et dans les traités commerciaux. Le budget principal de cet organisme de défense derrière lequel a prospéré L’Allemagne, vient des Etats-Unis avec une faible participation des Allemands. Trump dit qu’il est temps que l’Europe paie plus pour maintenir des troupes américaines en Europe. Evidemment Merkel n’est pas d’accord d’où l’un des points de désaccord.

Il serait temps que Merkel comprenne qu’elle ne peut plus mettre son pays à l’abri du parapluie américain sans passer à la caisse, ce qu’elle peut faire aisément, tellement l’Allemagne engrange des bénéfices.

Pour une fois Trump a entièrement raison de rappeler aux uns et aux autres leur devoir et leurs responsabilités. Qu’elle aime ou qu’elle n’aime pas, Merkel devra se plier aux exigences de Trump qui, quand il dit, il fait. « What I say, I do ! »

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :