Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peste ou choléra ?

Combat violent, campagne surprenante mais remplie de surprises

La question n’est pas anodine car elle touche le cœur de notre civilisation ( ou du moins ce qu’il en reste !) : nous avons à choisir entre deux maladies qui ont été vaincues au siècle dernier mais pourtant, les traces sont encore visibles non sur le corps mais dans l’esprit. Pas uniquement l’esprit des commentateurs qui se roulent dans le purin du néfaste mais aussi dans l’esprit des électeurs qui acceptent passivement ce genre de remarques dérisoires sinon grotesques.

Comme aux Etats-Unis, la France connaît la même situation pour sa présidentielle : un homme contre une femme. Trump contre Clinton et Macron contre Le Pen. Combat des sexes, lutte entre frère et sœur, entre l‘ancien maître divin et l’esclave ménagère. Depuis quelques années, les femmes bousculent les machos avec justes raisons mais la presse et les médias en général n’ont pas encore bien saisi cette révolution.

Quand on parle de la « peste » cela ne peut s’appliquer qu’à Marine Le Pen comme on dit d’une fille qu’elle est une chipie lorsque son attitude dérange son entourage.

Le choléra s’applique donc comme nom masculin à Macron et le terme est certainement plus terrible que la peste.

Pour tenter d’établir une certaine sérénité dans le débat qui vient, je propose de choisir des maladies moins odieuses : pour Marine Le Pen, démangeaisons car c’est ce qu’elles flanquent à tous ces caciques mâles qui se grattent en la voyant.

Quant à Macron, j’emploierais le terme de sinusite comme il garde toujours le nez en l’air pour respirer une atmosphère de grand salon plutôt que celle de Whirlpool où les ouvriers ont des mains sales et reniflent constamment.

En tout cas, quels que soient leurs arguments, nous les Français nous allons attraper un rhume carabiné avec Macron qui va ouvrir toutes les frontières. Le courant d’air qui suivra touchera toutes les classes de la société sauf celle des banquiers et des énarques !

 

J’ajoute un court compte rendu sur le débat d’hier soir :

La presse semble être surprise d’avoir assisté à un violent combat de romains ! Mais Mesdames et Messieurs les journalistes, c’est votre gagne-pain ou montée dans l’audimat que de déclencher ce genre d’opérations. Plus le sang coule, plus vous vous roulez dedans. C’est votre manière d’être, de travailler mais avec des conséquences néfastes : la sérénité, le sang-froid, le calme olympien et le respect de l’adversaire VOUS EMMERDENT ainsi qu’ils font fuir les auditeurs.

Hier soir vous avez été servi et avez reçu la récompense suprême de vos manœuvres insidieuses, l’excitation à la haine des deux côtés, l’incitation à donner des coups et en rendre.

Magnifique prestation des deux candidats qui ont joué le rôle voulu par les médias à merveille. Le Pen cognait, Macron ripostait, les insultes des deux côtés volaient bas. Je me souviens de l’audace de Paul Amar, le fournisseur de gants de boxe à Jean Marie Le Pen et à Bernard Tapie lors de leur débat. Lui a eu le courage de donner un décor à ce genre de bagarre politique. Mais à voir la gueule de la Nathalie de Saint Cricq( totalement désorientée et paumée), j’avais envie de vomir et de cracher sur l’écran. Mollasse, pétasse, connasse sont les termes qui la décrivaient hier soir. Même nous internautes entrons dans le jeu du débat d’hier soir !!!

 

Peste ou choléra ?
Peste ou choléra ?

Partager cet article

Repost 0