Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Convoc

Convoc

Si aux Etats-Unis, Barack Obama, l’ancien président va de golf en golf, de réceptions en réceptions, d’invitations en invitations, en France notre ancien président va de convocations en convocations, de palais de justice en palais de justice, de bureau d’avocat en bureau d’avocat.

Obama est harcelé par ses riches amis, Sarkozy est harcelé par ses riches ennemis de la presse. Mais pourquoi cette différence ?

Aux Etats-Unis, il n’y a pas de limite aux dépenses pour une élection présidentielle. Dans la dernière, Hillary Clinton a dépensé près de 300 millions de dollars sans compter les frais couverts par les PACs et Trump a utilisé 70 millions de dollars de son propre argent. Aucune conséquence judiciaire, aucune attaque de la presse et surtout aucune tentative de dissimuler ces dépenses, comme l’a fait l’entourage de Sarkozy. En France il y a un plafond stupide et inutile des frais de campagne : il est fixé autour de 22 millions d’euros. C’est insuffisant quand on pense qu’un meeting à la Mutualité frise le million d’euros entre techniciens, location de la salle et tout le tralala qui entoure une réunion.

La raison en devient obsolète et hypocrite: c'est pour permettre aux petits candidats de faire campagne! Mais il y a déjà la barrière des CINQ CENTS parrainages qui en élimine beaucoup comme Jadot la semaine dernière. Prenons le cas de Fillon: la publicité faite dans les médias autour de son arrangement financier lui donne des millions et des millions d'euros de pub sans qu'ils ne soient comptabilisés dans ses frais de campagne. Et Marine Le Pen, sans sortir un radis de son budget, ses passages à la télé valent des millions et des millions d'avantages. Alors c'est un argument sans valeur de dire que les petits ont la même chance que les grands. Par conséquent éliminons le plafond des dépenses surtout avec Internet qui ajoute sur les réseaux sociaux des campagnes et des aides supplémentaires aux candidats.

Un président sortant, ce qui a été le cas de Sarkozy en 2012 et aurait été le cas de Hollande dernièrement, peut toujours faire entériner ses dépenses dans le budget de l’Elysée et personne n’aurait à redire car quelle différence entre un discours au nom de la France et un discours au nom de son parti ? Et les adjoints, assistants de tous poils, qui va savoir ce qu’ils font comme collaborateurs du président ou du candidat ?

La France a la réputation d’être un pays à l’administration obscurantiste, tortueuse, difficile à déceler. Puis tout à coup explosion médiatique comme avec Fillon ou Sarko ou bien d’autres.

Quand Hollande quittera la présidence et deviendra un simple citoyen, je parie que de grosses affaires lui tomberont sur le dos et qu’il sera convoqué par des juges. C’est comme cela en France et nul n’y échappe !

Partager cet article

Repost 0