Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vache de Hollande

Une vache comme pension de vieux politique pour Hollande.

Dernièrement, un syndrome du revenu universel agrémenté d’un patrimoine universel revient au-devant de la scène politique pour les présidentielles de 2017. Et chacun y va de son interprétation, apportant un peu de vinaigre au moulin de la controverse !

Mais qui a pu mettre cette idée dans la tête pas toujours bien faite de nos candidats ?

A la fin de 18e siècle, un anglais mettait le feu aux poudres dans deux pamphlets : « Common sense » 10 janvier 1776 publié sans nom d’auteur tellement le texte était incendiaire. Ce fut un succès absolu dans les colonies américaines car il préconisait l’indépendance des colonies de l’Angleterre. En effet Thomas Paine avait émigré en Amérique ( pas encore les Etats-Unis) en novembre 1774. L’indépendance des treize colonies fut proclamée en 1778.

Un second pamphlet tout aussi électrique parut en 1791 :  "The Rights of Man » qui préconisait entre autres propositions, celle du revenu universel et du patrimoine universel en parlant de la vache :

" Quand un jeune couple commence dans le monde, la différence est extrêmement grande s'ils commencent avec rien ou avec quinze livres chacun. Avec cette aide ils pourraient acheter une vache, et des instruments pour cultiver quelques acres de terre ; et au lieu de devenir des fardeaux pour la société, ce qui est toujours le cas quand les enfants sont produits plus rapidement qu'ils peuvent être nourris, ils seraient mis en position de devenir des citoyens utiles et profitables. Les domaines nationaux se vendraient aussi mieux si des aides pécuniaires étaient fournies pour les cultiver en petits lots."

 

En 1978, paraissait un long poème sur ce que pouvait devenir la société en 2030 :

 Caltecor 5127, vision XXXIX ( Poètes du temps présent ) par André Girod.

C’était aussi mettre en avant l’idée d’un pécule de départ ( équivalent de la vache) afin d’aider les jeunes à dix-huit ans d’avoir un financement pour toutes leurs initiatives.

 

"Afin de s’établir et d’avoir part entière

Aux bienfaits qu’offre l’île, il perçoit un pécule

L’argent qui pendant ses études s’accumule-

Trois morceaux de terrain : sur la bande côtière,

Dans la capitale et près des pentes de ski

( Au dire des chanceux d’antan, quel sort exquis !)

 

Que chacun a loisir d’entreprendre au-delà

Des six cents heures qu’il voue au fonctionnement

Essentiel de son île , donc un tel versement

Ira en décroissant. A défaut de cela

L’homme se complairait dans le fonctionnarisme

Qui ne fait qu’aboutir a un parasitisme."

 

Dans Caltecor 5127, apparaît une différence notoire sur ce revenu universel :

«  A chacun son travail et chacun au travail »

En un mot en échange du revenu universel basé sur un partage équitable d’un revenu collectif, il y a obligation d’un travail dans le fonctionnement de cette société.

Dans la démarche actuelle, le revenu serait distribué sans compensation, sans devoir, sans don de son temps et de son talent. C’est une utopie qui ne peut mener qu’au parasitisme et à une inégalité encore plus flagrante que celle de nos jours.

Qui a des droits a aussi des devoirs. Sortir de ce programme c’est détruire la société. A Caltécor 5127, pour le revenu universel, après des études supérieures, chacun doit six cents heures de travail au bon fonctionnement de la société dans quatre domaines : administration, sécurité, éducation et santé les piliers qui soutiennent l’équilibre d’une nation.

Le retour à la vache proposé par Hollande comme programme choc de sa future campagne ( s’il a les couilles de se représenter !) ne conduira qu’à un gaspillage des ressources sans aucune valeur ajoutée. Encore une de ses idées ( contraire à «  Common sensé ») lancée pour amuser la galerie et attirer les gogos qui voudraient voter pour lui.

Partager cet article

Repost 0