Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thanksgiving in America: turkey forgiving
Thanksgiving in America: turkey forgivingThanksgiving in America: turkey forgiving
Thanksgiving in America: turkey forgiving

Qui peut-on pardonner en France pour Thanksgiving ?

C’est depuis plus d’un demi siècle ( Truman a commencé cette idée), une tradition qui s’est instaurée à la Maison-Blanche : le Président pardonne une dinde nationale, lui sauvant ainsi la vie qui aurait dû se terminer au four !

Alors Président Obama , dans sa dernière tournée autour de la planète, est passé en Europe. Sur ce continent, il a rencontré toutes les dindes qui nous gouvernent et il en a choisi une à qui il a pardonné ( du bout des lèvres) toutes ses erreurs politiques, ses bourdes internationales, son manque de charisme et ses échecs sociaux et économiques : ce fut François Hollande. Il a évité pourtant de venir dans son fief bien déglingué, la France et l’a rencontré pour le pardonner dans la capitale de l’Allemagne, Berlin. Double humiliation pour notre président : d’abord il l’a fait attendre comme à Canossa, puis il ne l’a vu qu’au milieu d’autres dindons ( pas ceux de la farce car ils n’étaient pas invités !) mais les sbires et représentants des petits pays européens. Il n’y a eu ni tambour, ni fanfare, pas de garde d’honneur, pas de réception grandiose, juste une poignée de main avec un banal au-revoir. La France par son intermédiaire avait été réduite à un minuscule point sur la carte du monde. Comme écrit au Général de Gaulle dans une lettre concernant la guerre d’Algérie, il a été dit : «  La France a sur la carte du monde la taille d’une punaise et comme elle, quand elle est écrasée, elle pue ! »

Or Hollande nous laisse une France qui pue en Europe, sur la planète, son prestige international étant au niveau égouts, son bilan économique au ras des pâquerettes, son résultat social piétiné et enfin cette hésitation à se représenter ( Je pense qu’il n’ira pas à la primaire !) qui met hors de lui Valls et consort ( ou du moins qu’on va sortir à coups de pied dans le cul). C’est son Alamos, son dernier fortin d’où il sortira pieds devant.

Obama dans son pardon de «  Thanksgiving » a eu un geste de compassion voyant dans quel pétrin s’était fourré Sleazy Hollande et il ne voulait pas l’enfoncer plus.

Une belle action du président des Etats-Unis pour son dernier pardon.

Partager cet article

Repost 0