Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ruth Elkrief la soporifique

Je suis calme ....

La politique peut être truculente ou soporifique. En à peine trois jours, je viens de connaître la première aux Etats-Unis entre Trump et Clinton pour la présidentielle américaine et la seconde entre Ruth Elkrief et Alain Juppé. Dans l’entretien que la journaliste de BFMTV a eu avec le candidat Juppé à la primaire de la droite dans son QG, j’ai cru assister à un après midi autour d’une tasse de thé entre une vieille rombière toute maquillée et un ami d’enfance retrouvé après vingt ans d’absence. Si Trump/ Clinton a attiré presque cent millions de téléspectateurs, l’autre a peut-être frisé le million dont une bonne partie est allée ailleurs pour ne pas s’endormir.

D’habitude si agressive, presque tigresse avec Sarkozy et bien d’autres, les griffes sorties, à harceler, faire dire ce que son invité ne veux pas faire, j’ai trouvé une grosse chatte qui minaudait et faisait des yeux doux à Juppé, ce qui allait très bien avec la sérénité, le calme, les mains et les genoux croisés dans son bureau plutôt genre ermite.

Les questions d’une banalité déplorable, les interrogations genre bain marie que l’on entend à longueur de journée sur BFM rendaient les réponses de Juppé encore plus débiles que d’habitude : tranquillité, sa lenteur d’action, la paix, la France qui dort, l’Europe qu’il faut réveiller, la Syrie qu’il faut anesthésier, tout y passait comme du linge sale dans une machine. Il y avait de la couleur, du blanc, du rayé et le tout tournait devant le hublot à nous hypnotiser.

La conclusion m’a été de me demander quelle serait l’attitude de Juppé devant un Poutine, un Trump s’il était élu, une May ou un Boris qui parlerait Brexit, un Erdogan qui voudrait entrer dans l’Europe avec ses prisons pleines et ses pendus dans ses casernes, un état hongrois en rupture sur l’émigration ? A la vue de son entretien, la France serait cannibalisée, réduite en poussière et le reste de prestige jeté aux oubliettes.

Une chose certaine, je ne voterai jamais Juppé car la France serait placée dans un coma artificiel !

Partager cet article

Repost 0