Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Casse-tête chinois pour Hollande

Les résultats de sondages d'hier ne sont pas logiques ! 

Hier, comme pratiquement tous les jours, sont sorties des statistiques sur la politique, l’économie et les élections. Une grande nouvelle pour Hollande : le chômage n’a jamais autant baissé qu’au mois de septembre depuis 1998, plus de 60 000 en moins sur les listes. Je ne vais pas entrer dans la polémique des chiffres pour savoir où sont passés ces chômeurs.

La deuxième information concerne la courbe de popularité de Hollande. Jamais un niveau d’impopularité n’a été atteint depuis le début de la Ve République. Il faut le dire : Hollande est le plus détesté des présidents de la République. Les raisons en sont multiples et elles sont expliquées en long et en large par les journaux, magazines et sites de toutes sortes dont le nôtre.

Mais il apparaît une contradiction qui saute aux yeux : la baisse du chômage aurait dû relancer la hausse de la popularité de Hollande. Nenni ! Tous les deux baissent. A se demander si finalement l’histoire de la courbe du chômage a quelque chose à voir avec le taux de popularité. Hier non seulement ce n’était pas évident mais au contraire on voit la rupture nette entre les deux actions.

Hollande en atteignant 4% de satisfaits ( ce qui laisse 96% de mécontents) pense encore se présenter à la présidentielle. Il croit en son étoile mais aussi à un sursaut du peuple français si la droite et l’extrême droite deviennent trop puissantes. Son but est d’être au deuxième tour comme le sauveur de la démocratie face au FN. Hollande contre le Pen peut lui donner une chance d’être élu parce que toute la gauche va baisser culotte devant Hollande. Même Mélenchon, le pourfendeur de Sleazy bouffera son chapeau et demandera de voter pour moins stupide de ses deux ennemis.

Quant à Montebourg, il trahira encore une fois ses courtisans en votant Hollande.

Comme une fois à Mitterand au cours d’une émission houleuse à la télé américaine : le meilleur politique est celui qui change le plus souvent de vestes. Et ceux du parti socialiste sont de spécialistes de ce genre d’exercice. Ceux de la droite sont dans la même situation.

Le résultat est que l’on s’insulte, on se balance les pires insanités, les plus perverses accusations mais au moment de se rallier, on fait copain copain et on se boit une bière ensemble au fond d’un pub. C’est ce qui écoeure de plus en plus les électeurs. Pourquoi ne pas nommer comme cela se fait dans de nombreux pays, président, le candidat qui arrive au seul et unique tour avec le plus de votes. Rarement, en Espagne, en Allemagne, aux Etats-Unis et d’autres pays, le vainqueur atteint les 50%.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :