Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle grande victoire !

Une splendide victoire ... pour le Portugal !

Est-ce l’éditorial d’un journal portugais ou d’un magazine de Lisbonne ? Non le commentaire d’un Français fatigué de la propagande effrénée des médias pour l’équipe de France. Le Portugal est champion d’Europe en battant la France 1 à 0. Point à la ligne. Félicitons le vainqueur sans le dénigrer comme on l’entend sur les chaines télé ce matin : « Champion au rabais, triste champion » ( Itélé).

C’est une grande victoire pour le Portugal qui a fait tranquillement son chemin jusqu’à la finale et l’a gagnée.

Coup dur pour les Bleus mais aussi pour les Français qui croyaient que l’Euro en France leur donnerait le titre. Manqué ! Mais coup dur pour Hollande. Hier à la tribune officielle, au moment où Ronaldo et ses équipiers venaient chercher leur trophée, Hollande était raide comme un passe-lacet, le visage de cendres, la main mollassonne, l’œil figé. Ses rêves de brandir la coupe avec son équipe s’étaient envolés : adieu l’Euro, adieu « La France qui gagne », adieu, les Champs Elysées, adieu la liesse du peuple, adieu le rassemblement sous sa coupe, adieu la montée dans les sondages, adieu son aura de président qui voit l’avenir avec sérénité. Adieu surtout le barouf fait autour de notre équipe et adieu les émissions dithyrambiques sur les Bleus. Elles commençaient à nous saouler.

A présent, les Français vont apprendre à digérer une défaite amère mais ils survivront. Pas certain pour Hollande qui devra recomposer un autre scénario pour sa réélection. Aucun doute qu’il trouvera vite d’autres plans pour convaincre.

Une victoire dans une grande compétition sportive, «c'est toujours pour un peuple le sentiment qu'il peut réussir, dans le domaine sportif mais aussi dans le domaine économique, dans le domaine culturel, dans le domaine international, politique, diplomatique», a expliqué le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse en marge du sommet de l'Otan à Varsovie. «Sur les sentiments à mon égard, ça n'a rien à voir», a ajouté le président français. «Moi, je ne suis pas joueur, pas entraîneur et donc je n'ai aucun mérite dans les succès de l'équipe de France». Et pourtant il comptait en profiter!

Euro-2016 : "Trop cruel", "le rêve brisé"... La presse française pleure la défaite des Bleus

Partager cet article

Repost 0