Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Combien de balles as-tu tirées ? Cinq, Chef! Pourquoi autant ? Une pour l'arrêter, une pour insultes, une pour le calmer, une parce qu'il est noir et une pour qu'il ne bouge plus! Il est mort ! Mort mais noir!

Combien de balles as-tu tirées ? Cinq, Chef! Pourquoi autant ? Une pour l'arrêter, une pour insultes, une pour le calmer, une parce qu'il est noir et une pour qu'il ne bouge plus! Il est mort ! Mort mais noir!

As white cops kill black people, I want to kill white people !

C’est la déclaration du tireur de Dallas et aux Etats-Unis, certains y retrouvent la situation à laquelle doit faire face l’Amérique depuis plus d’un an. La déception est grande parmi les électeurs qui ont cru qu’élire un président noir apporterait une harmonie entre les races. C’était mal connaître les divisions qui existent depuis l’esclavage et l’indépendance. Les exemples se multiplient pour montrer que Blacks et Whites n’ont pas les mêmes cultures, les mêmes vies, les mêmes voisinages. La séparation est évidente partout : au nord , au sud. Quartiers noirs, quartiers blancs, les limites sont très nettes comme à South Chicago.

Une énorme différence existe aussi dans les revenus et les statistiques sont épouvantables et traduisent un écart qui ne fait qu’augmenter.

Mais surtout depuis plus d’un an, les « white cops » tuent des « black passer-by » et rien ne leur arrive car les lois protègent plus la police que les citoyens.

Lorsque deux jeunes afro-américains ont été tués dans le Minnesota et en Louisiane par des officiers blancs, la seule réaction qui a eu lieu a été sur les réseaux sociaux : des témoins avaient mis en ligne les scènes filmées. Par contre des officiels, c’était comme si c’était normal : un policier blanc arrête un black et tente de le maitriser : il tire plusieurs fois et le tue. Aucune enquête sérieuse ne sera menée. Il a fallu ce massacre de 12 officiers blancs ( 5 morts et 7 blessés) pour que la Nation américaine ( surtout Obama) ne se réveille sur la tension entre blancs et noirs qui va en s’exaspérant. Obama demande une enquête « impartiale » ( impossible avec la police) sur ces deux morts afro américains. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait plus tôt ?

Soudain le spectre d’une farouche lutte entre « Black lives » et police se dessine à l’horizon des élections prochaines.

Mais cette situation n’étonne plus les Américains qui ont été déçus par le dernier mandat de Barak Obama : ils pensaient qu’un président noir apporterait une sérénité entre les deux races mais Obama s’est laissé phagocyter par l’Establishment de Washington et a perdu tout contact avec cette population noire qui a du mal à vivre. Le fossé n’a fait que s’agrandir entre noirs et blancs, pauvres et riches, éduqués et laissés pour compte. Le tissu social de l’Amérique se déchire et l’Amérique de 2016 n’est plus l’Amérique du siècle passé.

A Varsovie, Obama apparaît plus comme un guerrier qu’un homme de paix et il veut régler les problèmes extérieurs plus que ceux de son pays.

Alors un coup de folie chez certains devait arriver et cela apporte de l’eau au moulin de Trump qui se présente comme homme de loi, de droit et de protection. Qu’en sera-t-il s’il est élu ? La situation qui dégénère ne pourra être pire et les Américains comme les Anglais veulent tourner la page et tenter autre chose.

Titres de journaux américains:

White Officer Shoots black Man, No Media Outrage

( Officier blanc tue noir, par de colère dans les médias)

The events of the last 72 hours have officers across the country struggling to find their footing

( Les événements des dernières 72 heures obligent les policiers à chercher de nouvelles voies)

Partager cet article

Repost 0