Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spears and shields

Spears against shields

Chicago Tribune

Jeb Bush's big brother makes him look Small

It was the mystery of the 2016 presidential campaign: Why wasn't Jeb Bush, who seemed a shoo-in for the Republican nomination and has the resources to go all the way, doing better in polls and primaries? In North Charleston, South Carolina, on Monday night, I got my answer.

Bush, who at first seemed unsure whether his last name was an asset or a liability -- his posters, after all, just say "Jeb!" -- has increasingly brought his family into his campaign in recent weeks. Barbara Bush, his mother, came to New Hampshire. On Monday, his older brother George W. Bush went to bat for him at the North Charleston Convention Center -- and stole the show. In fact, his appearance was such a triumph that it became obvious that Jeb didn't quite measure up to the ex- president, for whom many Republicans feel nostalgia.

ABC News

Obama Says Trump Won't Be President: 'It's Not Hosting a Talk Show'

President Obama said today that he does not believe GOP frontrunner Donald Trump will make it to the White House, but the real estate mogul took the remark as a compliment, saying Obama has done a "lousy job."

"I continue to believe Mr. Trump will not be president," Obama said while speaking at a press conference in Rancho Mirage, California. "And the reason is because I have a lot of faith in the American people."

Obama told reporters he believed Americans still see the presidency as "a serious job."

“It’s not hosting a talk show, or a reality show. It’s not promotion, it’s not marketing,” Obama said. “It’s hard and a lot of people count on us getting it right.”

La lutte devient rude pour la nomination de chaque candidat dans l’élection présidentielle américaine. Il devient digne des combats dans les arènes de Rome ou des tournois au Moyen Age entre chevaliers. Les armes de base restent les même : armes de défense contre armes d’attaque.

Les deux candidats en danger, issus de l’aristocratie américaine et de ses grandes familles font appel à leurs fidèles pour éviter une mort politique.

Le plus anxieux de sortir du trou où il est tombé dés le début des hostilités est Jeb Bush. Il a fait appel à son grand frère Georges : il l’utilise comme bouclier contre les lances de Trump. Mais la réaction des Américains fut diverse : d’abord le nom de George Bush est synonyme aux Etats-Unis de « messed up », de bordel en Iraq ce qu’il a laissé derrière lui et Trump se sert de cette constations pour balancer ses brulots sur la candidature de Jeb. De plus Jeb campagne pour Jeb et a fait disparaître son nom de famille « Bush », stigmate pour de nombreux Américains. L’arrivée du grand frère est mal vue et mal venue pour les électeurs. Cette sortie dans la Caroline du Sud ne servira pas les intérêts de Jeb

Il en est de même pour Hillary que le Président Obama semble vouloir aider. Dans un discours hier ( voir la version en anglais) il a clamé que Trump ne serait jamais président car c’était un homme de théâtre plus qu’un homme politique. En réalité, Obama lui-même, surtout à ses débuts à la Maison Blanche, était plus « clown » et « humoriste » qu’homme d’état.

Attaquer ainsi Trump c’est indiquer aux Américains que le plus dangereux candidat du « Republican Party » était Donald Trump, ce qui diminue le prestige des autres candidats puisque le Président des Etats-Unis en personne se lance dans la campagne en essayant de faire barrage à Trump. Hillary a disparu de la photo : elle a du mal avec Sanders et pourrait être piétinée par Trump.

L’intervention de Barak Obama est là aussi mal vue par les électeurs : il ne fait pas campagne POUR le candidat « Democrat » mais CONTRE le danger Trump. C’est un signe fort de sa part pour traduire le malaise de la candidate de son parti.

La campagne a changé de ton et la mêlée est générale. Elle va se montrer passionnante.

La situation en France n’est guère meilleure : à droite, on s’égorge et tous les traquenards judiciaires sont tendus à l’un des candidats par la gauche. Même le FN semble la cible des juges. A gauche la situation sera pire en novembre car malgré les efforts vicieux de Sleazy Hollande pour fourrer des menottes aux Verts et aux Radicaux de gauche en les mettant à des postes fiction dans son gouvernement, il lui sera compliqué de se représenter en Mars 2017. Les boulets qu’ils collent aux autres, il en a plein les chevilles lui-même. Cette ferraille l’entrainera dans les catacombes de la politique.

Alors ne nous moquons pas trop des Américains car en général TOUTE élection importante où qu’elle soit reste un panier de crabes.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :