Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Obama: burnout

Obama: au bout du rouleau!

Obama says ground troops to fight ISIS would be a mistake

Antalya, Turkey (CNN)President Barack Obama sharply defended his strategy Monday for going after ISIS amid mounting criticism that the U.S. is not doing enough to stop the terror organization that went on a killing spree in Paris last week.

He faced a barrage of tough and probing questions from international journalists at a G20 summit in Antalya, Turkey, that often put him on the defensive. In response, he repeatedly stressed confidence in his approach to combating terrorism and handling Syria, where a civil war has dogged his administration for years and helped create an opening for ISIS to flourish.

"We have the right strategy and we're going to see it through," Obama said. "There will be an intensification of the strategy we have put forward, but the strategy we have put forward is the strategy that will ultimately work" though it will take time.

Le monde occidental en particulier les Etats-Unis et la France semble à la dérive devant les derniers événements tragiques à Paris. Son discours à Antalya, dans le cadre du G20 où Hollande était absent, était du réchauffé, du bain marie politique et diplomatique. Devant les questions que lui lançaient les journalistes aguerris, il paraissait comme un batteur de basball qui loupait la plupart des balles. Il se répétait et expliquait qu’il ne varierait pas sa politique tout comme Hollande qui dit qu’il ne changera pas de cap. Tous les deux aux yeux du grand public sont apparus comme « worn out », « burn out », épuisés par la lourde responsabilité à laquelle ils ne peuvent échapper : apporter la paix et la sécurité dans leur pays. Mais devant une nouvelle forme de guerre ( Obama et Hollande l’ont confirmé) l’Occident semble impuissant. De leur côté des armes puissantes, des bombes à gogo, de l’autre des hommes ( ou femmes) prêts à mourir en emportant le plus de victimes possibles. Ils sont eux équipés de quelques armes légères mais armés d’une conviction idéologique que les services secrets ne peuvent détecter. La partie peut sembler inégale mais la puissance de leur dévotion et de leur intentions ( un peu comme les chrétiens sous les Romains) tient tête à la puissance de l’Occident.

Obama se rend compte que la partie n’est pas gagnée et qu’il lui reste peu de temps pour changer le cours de l’histoire. Alors apparaît derrière le pupitre un chef d’état désabusé, inefficace dans son combat et surtout laminé jusqu’à la trame par le pouvoir. On peut dire qu’il ne souhaite qu’une chose : céder la place à un autre comme l’a fait Bush au bout de huit ans. Les problèmes ne seront plus siens à résoudre et il pourra alors en toute tranquillité aller jouer au golf !

C’est ce qui attend aussi Hollande qui a eu sa part de catastrophes en quelques semaines : un car, le TGV, les attentats et en décembre une défaite sanglante aux élections. Laissons Hollande en paix qu’il ne mérite pas toujours !

Partager cet article

Repost 0