Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il pleure dans mon coeur

Journée des Condoléances

Il pleure dans mon coeur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un coeur qui s'ennuie,

Ô le chant de la pluie !

Ce chant de Paul Verlaine « Il pleure dans mon cœur » pourrait être l’image du jour quand on ouvre son poste de télévision en ce matin d’un sombre dimanche.

Les condoléances fusent de la bouche des chefs d’état : aux Etats-Unis, condoléances de Barak Obama pour les victimes de l’hôpital en Afghanistan, condoléances de François Hollande pour les victimes des inondations de la Côte d’Azur et condoléances des fans de rugby pour la sortie peu glorieuse de l’Angleterre de la coupe du monde.

Dans les cœurs, il pleure, sur la Riviera il pleut mais le bruit n’est pas doux, au contraire il gronde comme un torrent en furie.

La terre en furie, l’aviation en furie, les hommes en furie tuent des innocents, des médecins qui ne pensaient que soigner les autres, les grand-mères finissant paisiblement leur vie dans une maison de retraite.

Jour funeste devant la folie des infos et la voix suprême des grands de ce monde ajoute comme un indécent message : cette langueur, la faute à qui ?

A la nature qui nous fait comprendre que les bouleversements climatiques n’iront qu’en s’empirant, à l’homme qui nous fait comprendre que les armes deviennent de plus en plus cruelles. Le tir de précision vanté par les Américains lors de leurs bombardements n’est plus d’actualité. Les mesures de prévention de la part des autorités sur la Côte ne sont plus d’actualité.

Dans le livre « Tourisme de destruction massive » l’urbanisation, la surpopulation des littéraux, les constructions absurdes que les anciens ne voulaient pas sont les facteurs de catastrophes naturelles que le réchauffement accroit.

Oui il pleure dans les cœurs, oui il pleut sur les villes, oui les condoléances par un communiqué de presse rédigé par le sbire de service à l’Elysée soit de la bouche même d’Obama n’apportent que peu de réconfort aux victimes et à la famille.

Nous ne faisons qu’ajouter les nôtres réellement sincères.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :