Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Changement climatique: une blague ?

Toute la semaine, faisons l’étude de l’impact écologique sur la société actuelle. Rien de scientifique mais rubrique avec du bon sens et de la dérision par les caricatures.

Un premier fait est évident : la peur de l’homme devant son avenir est vieille comme le monde. Depuis l’homme préhistorique ( figure humaine dans la grotte de Lascaux paralysée devant la charge d’un auroch), toute catastrophe naturelle que les premiers hommes ne pouvaient expliquer, les conduit à imaginer un être supérieur chargé de les surveiller et éventuellement de les punir : tempêtes, tremblements de terre, inondations étaient les résultats de la colère de cet divinité.

L’homme imagina alors pour se protéger des systèmes de défense : l’abri, le feu, l’exode quand le climat devenait trop dur et que la nourriture se faisait rare.

Tous ces phénomènes se retrouvent dans notre siècle mais avec le progrès technologique, les parades s’affutent sans pour autant diminuer l’intensité des désastres.

Le climat est en constante évolution : il passe du chaud au froid, du polaire à la canicule. La question que ne posaient pas les anciens, était de savoir qu’elle était l’influence des activités humaines.

Nous prenons trois exemples aujourd’hui pour montrer que l’évolution du climat ne date du XXIe siècle :

Premier exemple :

Il y a environ 20 000 ans, la période de glaciation était à son pic : le niveau de la Méditerranée était à 120 mètres en dessous du niveau actuel. La grotte Cosquer près de Marseille, était accessible à pied. A présent l’entrée de la grotte est à -37 mètres. Pourtant la population à cette époque atteignait à peine ….UN million d’habitants ! Et pas de voitures, pas de CO2 !

Changement climatique: une blague ?

Deuxième exemple :

L’Empire romain disparut d’après certains experts à cause d’un changement climatique : une longue période de sècheresse réduisit la production de blé en Italie et des famines frappèrent la population. De plus les tribus barbares du nord de l’Europe poussées par un changement climatique assez brutal descendirent vers le sud et envahirent l’Europe occidentale.

L’éruption du Vésuve en 79 BC marqua l’esprit des hommes qui y virent une punition des dieux : «  Fictis mentisque terroribus » déclare Pline le jeune. La terreur entre dans l’esprit des hommes.

Encore une vaste différence avec notre époque : la population mondiale à l’époque du Christ était estimée à CENT millions.

Où sont passées la pollution et la destruction de la planète par l’homme ?

Changement climatique: une blague ?

Troisième exemple: le 16e siècle

Relisons le poème " Les tragiques"  dont le titre est sans équivoque!

Déjà à cette époque l'homme commençait à constater les dégâts de ses " oeuvres " sur la nature et l'état général de la planète qu'ils allaient laisser aux futures générations. Mais rien ne fut vraiment fait devant la progression technique et la révolmution industrielle.

 

………………………..Ces hommes déréglés

Par un aveugle feu moururent aveuglés ;

Contre eux s’émut la terre encore non émue,

Sitôt qu’elle eût appris sa leçon en la rue :

Elle fondit en soi et cracha en un lieu,

Pour marquer à jamais la vengeance de Dieu,

Un lac de son bourbier ; là mit à la même heure,

La mer par ses conduits ce qu’elle avait d’ordure,

Et, pour faire sentir la même ire de l’air,

Les oiseaux tombent morts quand ils pensent voler

Sur ces noires vapeurs, dont l’épaisse fumée

Montre l’ire céleste encore allumée.

Venez, célestes feux, courez, feux éternels,

Volez ; ceux de Sodome oncques ne furent tels :

Au jour du jugement ils lèveront la face

Pour condamner le mal du siècle qui les passe,

D’un siècle plus infect…. 

Terre, qui sur ton dos porte à peine nos peines

Change en cendre et en os tant de fertiles plaines,

En bourbe nos gazons, nos plaisirs en horreurs,

En soufre nos guérets, en charogne nos fleurs. Déluges, retournez, vous pourrez par votre onde

Noyer, non pas laver, les ordures du monde.

 

Agrippa d’Aubigné

Les tragiques

1577 1616

No comments mais chronique à suivre

Partager cet article

Repost 0