Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour François, ces sondages sont de la merde! Mais l'année prochaine, c'est fini! Et je jouerai au golf tous les jours à Hawaii !

Bonjour François, ces sondages sont de la merde! Mais l'année prochaine, c'est fini! Et je jouerai au golf tous les jours à Hawaii !

En ce XXIe siècle, « un nouveau mal répand sa terreur » pour reprendre La Fontaine. Cette épidémie est celle des sondages en France et des « Polls » aux Etats-Unis. Il n’y a pas un jour que l’on reçoive en plein visage des statistiques, les résultats de sondages plus ou moins bidon ou des expressions d’opinions souvent trafiqués pour correspondre au souhait des opérateurs.

Que ce soit Gallup, Harris, Nielsen ou Pew aux Etats-Unis ou IPSOS, IFOP ou CSA en France, nous avons affaire à des entreprises privées qui ont par de mystérieux et abscons systèmes, développé de juteuses manières d’évaluer l’opinion des gens.

En gros, c’est sur un millier de personnes interrogées, soi-disant triées sur le volet et représentatives de la population en général que se basent les données et résultats des sondages. En France, sur 66 millions de personnes, les instituts de sondage veulent nous faire croire qu’ils ont la juste réalité des choses. Ils nous font avaler des couleuvres et souvent les chiffres présentés sont faux, parfois archi-faux. Alors un communiqué laconique explique qu’il y a eu mal donne. Puis on repart à la course aux sondages.

Mais est-ce que cela affecte les hommes politiques d’en avoir de mauvais ? Guère à voir la réaction des cibles visées. 20%, 30% ou plus ne semblent pas dévier par exemple Hollande de sa trajectoire ou son objectif. « Je garde le cap » est sa formule préférée. Quant à Obama, à quelques mois de la fin de son mandat, il semble plutôt en sourire.

Alors pourquoi autant de « polls » ou de sondages ? Premier point, ces instituts sont des entreprises privées qui font vivre des centaines et des centaines d’employés. Il faut donc leur fournir du travail. Puis les marges d’après les experts sont importantes. Prenons le cas de IPSOS, créé en 1975 : en 2014, chiffre d’affaire 1 milliard 669 millions € pour un bénéfice de 120 millions € ! C’est la 5e société mondiale d’études.

Secundo, ces instituts à caractère politique ont l’impression de diriger la France grâce à leur publication de résultats plus ou moins fiables. Sans prendre de risque, ils gouvernent comme des éminences grises notre pays et ont une influence sur nos décisions. Un peu comme la météo pour organiser nos vacances. Mais il s’agit là de notre quotidien, ce qui est plus dangereux et malsain.

Pour endiguer ce « mal qui se répand » comme la peste, un seul remède : ne jamais y faire attention, comme Obama ou Hollande !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :